jeudi 20 octobre 2016

Aujourd'hui attention parti­culière à faire...

.... une petite valise
et ne pas oublier ma tenue de samedi, une tenue de fête... on ne marie pas tous les jours une de ses filles
Je viens d'aller faire connaissance avec l'hôtel où nous logerons vendredi, puis samedi au retour de la fête. Oui, nous allons à 150 km! C'est un bel hôtel, le buffet du petit déjeuner nous promet de belles et bonnes choses!
.
Tout sera découverte pour nous. Nous ne nous sommes occupés de rien. Ma fille est adulte et vaccinée depuis longtemps ainsi que son compagnon: donc plus besoin de papa et maman!
Elle est belle et tendre, sensible aussi. Je l'aime.

Quoi qu'il en soit, je vous dis au revoir jusque lundi



mardi 18 octobre 2016

Aujourd'hui besoin d'un objet essentiel.

J'ai autour de moi tout ce dont j'ai besoin
Aucun objet essentiel ne me manque
Que dire alors à propos d'un objet essentiel dont j'aurai besoin?
Plus que d'un objet, j'ai besoin d'affection, de me sentir aimée, reconnue,
comme chacun je crois...

Et je constate au fil du temps que, plutôt que d'attendre de recevoir, il me faut donner d'abord!
J'aimerais recevoir une marque d'affection de telle personne en particulier, pas de problème, je la lui donne
C'est simple, clair et précis non?
et cela fait du bien à l'âme de chacun

Aujourd'hui l'ombre de

L'ombre de la dépression pure et dure s'est éloignée quelque peu
Et cela grâce à une séance d'ostéopathie qui m'a apaisée, vous pouvez pas imaginer combien!
Tandis que la thérapeute me traitait, je me suis sentie couler dans un doux nuage: j'étais bien, infiniment apaisée, en profonde paix
J'aime énormément quand elle me manipule ainsi la tête, par des effleurements délicats et précis. J'aime cette impression que ma tête est tenue par des mains à la fois douces et fermes. Je "sens" les fluides bienfaisants qui y circulent, je les laisse agir sans résister, je perds la sensation du poids de mon corps
Quand je me suis relevée de la table de soins, je me sentais groggy . Il a fallu que je me m'accroche à nouveau au monde concret, trop concret...
Le soir nous étions au resto, et j'ai vécu cette soirée comme dans un rêve...

peinture de Ana Maria Costa

vendredi 14 octobre 2016

sujet brûlant

aujourd'hui, j'ai échangé avec quelqu'un sur un sujet qui aurait pu nous brûler: peut-on aimer sans connaître..... et connaître sans aimer?
Je m'explique: il me semble que se connaître de mieux en mieux, porte à s'aimer de plus en plus profondément. Mais pour se connaître il faut bien sûr accepter de se livrer, de partager un peu (beaucoup) qui on est..
En tout cas, c'est comme ça que je fonctionne: plus je connais quelqu'un dans la confiance, plus nous acceptons de parler "en vrai" de nous, (ce qui ne veut pas dire tout se dire!) plus je m'attache à ce quelqu'un et j'espère que c'est réciproque. Les liens s'affirment et nous unissent...

Quand à connaitre sans aimer, oui c'est possible: une personne me parle régulièrement de ce qui la tracasse, mais je n'ai pas un lien particulier d'amour ni même d'amitié pour elle
C'était le sujet philosophique du jour;-)


peinture: Benoit Colsenet

jeudi 13 octobre 2016

une couleur qui sent.

envie de continuer quelque peu les cent mots, j'espère qu'il y aura deux ou trois lecteurs pour me suivre...

Je reviens d'un voyage au Portugal, où la chaleur était encore intense
Sur un bateau, tranquillement au fil des heures, j'ai senti mille couleurs
La couleur de l'eau, tendre, frémissante, vivante en  un mot.
La couleur de l'automne sur les rives, là comme ailleurs l'appel des saisons magnifie le paysage
La couleur du ciel obstinément bleu, traversé seulement des griffes blanches des avions
La couleur de la langue portugaise, rocailleuse et sifflante

Et toutes ces couleurs sentaient la promesse de l'Espérance

lundi 2 mai 2016

Sucré

Sucré salé? dis-moi ce que tu préfères?
Pas le sucré, il m'est interdit par les médecins qui, c'est bien connu font tout pour em... les patients!
Pas davantage le salé, il m'est lui aussi interdit, enfin plus ou moins...
J'ai donc appris à manger sans (trop) de sel, sans (trop) de sucre
Mais cela m'est égal, je n'aime plus, ni les aliments souvent bien trop salés, ni les desserts dégoulinants de sucre

Servez-moi les fraises, avec deux ou trois grains de sucre brun, les framboises et la plupart des autres fruits simplement nature: ce sera parfait!
Mais bien sûr, promettez moi que les fraises auront le gout de bonnes fraises, et pas de l'eau, vaguement enrobée de quelque chose de rose!


samedi 30 avril 2016

Ce qui craque

Hier j'étais encore l'invitée du vent, de la mer et du soleil
Une invitée consentante - ô combien!- et gourmande
J'ai marché longuement face au vent, dos au vent, puis face au vent à nouveau... c'était infiniment bon! Et je me suis sentie revivre.
J'ai prêté l'oreille au craquement des coquillages nus sous mes pas, abandonnés par la mer, enfoncés dans le sable mouillé. Je me suis baissée pour en ramasser un... beau et coloré, que j'ai essuyé doucement et enfoncé dans la poche de mon manteau. Il est là maintenant, sur mon bureau et me parle en silence des cris des mouettes qui l'ont accompagné dans son périple marin..

Juste un coquillage que j'ai pris soin de ne pas faire craquer...